3 idées reçues sur la mode éthique

Avr 14, 2022 | Non classé

Beaucoup de personnes ont encore l’image d’une mode éthique pas très fun ni séduisante. 😖

Du coup, même si certains ne seraient pas contre un peu plus d’écologie et de bien être des travailleurs dans leur consommation, ils finissent par privilégier le style à l’éthique.

Mais si le pari d’allier style et éthique était possible aujourd’hui, passerais-tu le pas ? 🤔

Moi en en tout cas j’en suis persuadée, la mode éthique ne rime pas qu’avec basic, et je vais te le prouver en 3 points. C’est parti pour mettre fin aux idées reçues sur la mode éthique ! 🎉

1ère idée reçue : la mode éthique, c’est cher

Le coût de la mode éthique dépend du point de vue

À première vue, si on compare le prix des vêtements éthiques avec ceux de la fast fashion, ces derniers sont clairement beaucoup moins chers.

Mais attends… Ça ne te semble pas trop facile comme argument ? Et si on poussait le raisonnement un peu plus loin ? 🧐

Prix d’achat versus prix d’usage

Il existe deux types de prix : le prix d’achat VS le prix d’usage. Le prix d’achat c’est celui qui est sur l’étiquette et que tu vas payer en caisse, il est facile à trouver et on a tendance à s’arrêter uniquement sur lui. Tandis que le prix d’usage désigne le coût du vêtement à chaque utilisation.

Prenons un exemple. Si j’achète une robe de fast fashion à 20 euros, mais que je ne la mets seulement que 2 fois, elle va me couter 10 euros par utilisation. À l’opposé, si j’achète une robe de mode éthique à 120 euros que je vais mettre une dizaine de fois, elle ne me reviendra qu’à 12 euros par utilisation !

Finalement, j’ai voulu acheter moins cher un produit de fast fashion qui était très tendance, mais dont je me suis lassé très vite et j’en ai donc payé le prix

Méfie-toi donc des grosses marques de mode qui, bien souvent, te manipulent avec des prix bas pour que tu achètes très souvent. Mais quand on calcule la note finale, on arrive vite à la conclusion qu’il est plus rentable d’acheter les vêtements d’une marque éthique qui sont plus onéreux, mais aussi plus durables et de meilleure qualité.

Le piège de la quantité

Allons même encore plus loin. Et si, au lieu de te concentrer sur le prix à l’échelle du vêtement que tu achètes, tu te concentrais sur le prix à l’échelle de ta garde-robe ? Tu verrais tout de suite pourquoi la fast fashion est beaucoup plus onéreuse sur le long terme ! 😳

D’un côté, j’ai 30 tee-shirts de fast fashion à 10 euros, ce qui fait un total de 300 euros. De l’autre, j’ai 4 tee-shirts de qualité à 50 euros ce qui fait un total de 200 euros. Sois honnête avec toi-même : tu ne portes clairement pas ces 30 tee-shirts ! Mieux vaut privilégier une dizaine de couleurs que tu porteras régulièrement, plutôt qu’une pile interminable de tee-shirts de faible qualité que tu abimeras en 3 lavages.

Prix de ta garde robe,

La mode éthique, c’est aussi la seconde main et la réparation

Quand on pense mode éthique on s’imagine de suite des marques éthiques très onéreuses, mais ce n’est pas que ça : c’est aussi changer nos modes de consommation en réparant nos vêtements ou en achetant de la seconde main.

L’avantage de réparer ses vêtements c’est qu’en plus de faire une bonne action en évitant de consommer encore plus, tu vas être super fièr.e de toi ! Si tu y prends goût, tu peux même te mettre à la couture, et entre nous, il n’y a rien de plus gratifiant que de porter un vêtement qu’on a cousu soi-même. Même s’il est imparfait, ce n’est pas grave, il a été fait par tes propres mains, tu y as consacré du temps, et c’est la concrétisation de tes efforts.

Un autre bénéfice à faire ses vêtements soi-même, c’est qu’on comprend pourquoi un tee-shirt ne peut pas couter seulement 5 euros. Et oui, la couture, ça prend énormément de temps ! 😪

Nous avons oublié que derrière nos vêtements se cachent des centaines de petites mains qui travaillent pour les faire : celui qui ramasse la fibre dans les champs, celui qui va calibrer les machines pour tisser ton textile, la styliste qui imagine le modèle, la modéliste qui fabrique le patronage, les couturières qui confectionnent tes vêtements, celui qui va emballer ton produit…

En réalité, seule une toute petite partie de la fabrication est faite par des machines. L’industrie textile demande encore très largement de la main d’œuvre humaine. 🤲

Et si tu as du mal à t’en sortir avec du fil et une aiguille, il existe sûrement une couturière dans ton quartier à qui confier cette tâche. L’avantage, c’est que tu encourages l’emploi local

Enfin, tu a toujours la solution de la seconde main, c’est-à-dire d’acheter des vêtements stylés qui ont déjà été portés. Tu verras, à la manière d’un collectionneur, il n’y a rien de plus palpitant que de dénicher une pièce vintage que personne ne possède !

La mode éthique, c’est plus cher mais ça vaut le coût

Et oui, comme tu l’as compris la mode éthique a un coût financier, car si ce n’est pas le client qui paye l’addition, ce seront les travailleurs ou la planète qui en payeront le prix.

On ne peut pas continuer à faire l’autruche sous prétexte qu’on veut être stylé, car le coût sociétal est bien plus problématique.

Prenons un exemple concret. Sur un t-shirt au prix de 29 euros hors taxe produit en Inde, seulement 18 centimes sont reversés pour le travailleur de l’usine de fabrication. Le salaire ne représente donc que 0,6% du prix de vente du t-shirt !

Et ne parlons même pas d’écologie… D’après un article de l’association Green Peace l’empreinte carbone du secteur textile s’élèverait à 1,3 milliard de tonnes de CO2, ce qui représente 2% des émissions de gaz à effet de serre de notre planète. 😥

Cette pollution est en grande partie due à la consommation croissante des clients, aux émissions liées aux transports (à cause de la délocalisation de la production), aux énergies utilisées dans les pays de production pour faire tourner les usines (exemple de la Chine et de son énergie très carbonée) ou encore à l’utilisation massive de polyester qui projette beaucoup plus de CO2 que le coton.

Donc oui, la mode éthique coûte plus cher, mais c’est pour la bonne cause. Arrêtons de faire payer le prix de notre hyperconsommation à la planète et aux êtres humains. Il nous faut juste changer le curseur de nos priorités pour comprendre que ce petit sacrifice vaut vraiment le coup !

2ème idée reçue : la mode éthique, c’est du greenwashing

Des cas de greenwashing se cachent parfois derrière la mode éthique…

En effet, comme toutes tendances qui pourraient permettre d’augmenter les ventes, certaines marques de fast fashion n’hésitent pas à utiliser l’argument trompeur de l’éthique pour vendre.

Mais concrètement qu’est-ce que le greenwashing ? C’est une stratégie de marketing qui consiste à donner une fausse image sur ses engagements en termes d’écologie : on grossit le trait, on utilise des termes un peu vague qui pourraient faire croire qu’on est écolo. En somme, tout est permis pour faire croire qu’on se préoccupe de l’environnement alors qu’il n’en est rien.

Un des grands utilisateurs de cette technique est H&M. Sentant la tendance venir assez tôt, elle lance sa ligne Conscious Exclusive en 2012. Grâce à cette stratégie assez précurseure pour l’époque, elle arrive à berner ses clients en prônant une collection soi-disant faite à partir de matières écoresponsables, telles que le nylon recyclé ou le coton bio.

En soi, cela pourrait sembler plutôt positif, sauf que cette collection est vraiment un coup de com’ qui ne représente qu’une infime partie des vêtements de la marque. H&M continue de produire en parallèle des quantités astronomiques de vêtements à des coûts dérisoires, sans se soucier des travailleurs et de la planète. Et elle parvient à verdir son image et tromper ses clients grâce à cette collection. 😰

Les marques de mode éthique doivent être engagées à 100%. Bien sûr, on ne peut pas être parfait, mais on se doit d’être transparent et surtout aligné avec ses valeurs sur l’ensemble de sa chaîne de production.

greenwashing

Mais de nombreuses marques de mode éthique sont sincèrement engagées !

S’il existe inévitablement des marques qui profitent de la mode éthique, heureusement, plein d’autres sont authentiques et sincères !

La mode éthique c’est avant tout un engagement social, celui de respecter les droits humains. Et la marque Le regard français l’a bien compris. Elle va encore plus loin que de simplement payer correctement ses travailleurs, en se battant pour défendre le droit au travail des personnes en situation de handicap. Elle se déclare comme « handiresponsable », c’est-à-dire qu’elle fait travailler des personnes en situation de handicap dans chacune des étapes de la confection d’un vêtement. Ainsi, ils permettent à plus de 71 personnes de travailler et reversent une partie de leurs bénéfices à des associations comme Trisomie 21 Rhône, à qui ils ont déjà reversé plus de 1500 euros grâce à leur produit « les chaussettes dépareillées ».

Grâce à de belles initiatives comme celle de Le regard français on se rend bien compte que des marques sont réellement sincères dans leurs démarches. 🤝

tee-shirt le regard français
chaussettes depareillées

Et il existe aussi des entreprises engagées au niveau écologique. Par exemple, la marque de running made in France Bomolet pour laquelle je travaille, fabrique des vêtements à partir de bouteilles en plastique recyclées. Un t-shirt Bomolet, c’est 12 bouteilles plastiques recyclées ! La marque fait également très régulièrement des écojogs. Le principe ? 2h de course à pied, sac poubelle à la main pour ramasser les déchets sur le sol et nettoyer un lieu en particulier.

Encore une fois, avec ce genre d’initiatives, on se rend compte du vrai pouvoir de la mode éthique et son impact ! 🤩

Coureur Bomolet

Mais comment vérifier que c’est bien de la mode éthique ?

Mais alors comment faire la différence entre greenwashing et engagement sincère ? 🧐

Se méfier des promesses vagues sans engagement concrets

Il va falloir être un peu détective dans l’âme ! 🔎 On parcourt les sites internet et on se pose des questions comme :

      • Est-ce que cette marque met beaucoup en avant ses engagements ?
      • Est-ce qu’ils mènent des actions concrètes comme des dons à des associations, des évènements… ?
      • Est-ce que les engagements et impacts sont chiffrés ?
      • Est-ce que la marque utilise du jargon que j’ai du mal à comprendre ?
      • Est-ce que la démarche est portée sur l’ensemble de la marque ou sur une quantité restreinte de produits ?
      • Est-ce que le nombre de collections (1 ou 2 par an) semble aligné avec celle de la mode éthique ?
      • Est-ce que l’engagement essaye de se porter sur l’ensemble de la chaîne de valeur, ou uniquement sur une étape (exemple juste une matière recyclée, mais rien sur les conditions des travailleurs) ?
      • Est-ce que le lieu de fabrication est indiqué ?
      • Est-ce que la marque fait appel à des labels ou à des certifications contrôlées ?

Avec toutes ces questions, le but est de savoir si la marque est réellement impliquée, ou bien si elle met en avant seulement quelques micro-actions à des fins marketing, et qui n’ont en réalité très peu d’impact.

Jeter un œil du côté des matières utilisées

N’hésite pas à regarder du côté des matières utilisées. Si on résume, on peut dire qu’un textile est éthique :

      • S’il possède un label comme le coton biologique ou la viscose écovero
      • S’il est naturel (attention néanmoins au coton non biologique) comme la toile de jute, le chanvre, le lin, l’ortie, le ramie, et les cuirs véganes
      • S’il est recyclé comme avec le polyester recyclé, la laine recyclé, le denim recyclé…

À l’inverse, on oublie le coton non biologique (terrible en matière de pesticides), la viscose non certifiée qui est extrêmement polluante à cause de son traitement, les matières synthétiques comme le polyester, le lycra, le polyamide et autre qui sont faits à base de pétrole, et les cuirs à tannage chimique qui sont extrêmement polluants.

Se méfier des coûts trop attractifs pour du neuf

Comme je te le disais précédemment derrière chaque vêtement se cache des êtres humains qui le fabriquent. C’est pourquoi le mouvement Fashion Revolution met en avant le drame de l’atelier de confection du Rana Plaza qui s’est écroulé et a fait plus de 1134 morts.

Un vêtement bas coût ne peut pas être un vêtement éthique, car les travailleurs textiles méritent d’être payés correctement et de travailler dans des conditions décentes !

Faire confiance aux labels de référence

Une autre manière de vérifier la sincérité d’une marque est de regarder les labels qu’elle utilise. La plateforme Slow we are est par exemple une référence. Sur la plateforme, tu trouveras un annuaire complet de marques éthiques qui ont été auditées de manière approfondie. Les marques inscrites sur ce registre s’engagent à :

  • respecter les conditions de travail des ouvriers
  • sauvegarder et créer des emplois durables
  • créer des collections de vêtements avec principalement des matières éco responsables
  • produire de manière raisonnée
  • sauvegarder et transmettre des savoir faire matériels et immatériels
  • défendre la non appropriation culturelle
  • mettre en avant l’inclusion sociale

 

 

Il existe évidemment plein d’autres labels qui sont gages de sérieux comme Oeko-tex, écovero, Fairtrade… À toi de voir quels sont ceux dont les critères de certification sont les plus importants pour toi.

Utiliser les applications

Et si tu as envie d’être fixé de manière rapide, il existe également des applications. À la manière de Yuka qui vérifie la qualité des aliments, l’application Clear Fashion permet de vérifier facilement l’éthique d’une marque en scannant l’étiquette du produit.

Alors maintenant, plus d’excuses pour ne pas choisir des marques engagées !

application clear fashion

3ème idée : il y a peu de choix dans la mode éthique

Peut-être que c’était vrai il y a 10 ans, mais aujourd’hui le net regorge de nouvelles marques qui se lancent, et il y en a pour tous les styles !

La mode éthique existe maintenant pour tous les styles

Si le cliché d’une mode fade et sans style était vrai il y a quelques années, aujourd’hui le marché ne cesse de s’agrandir !

Voici une liste non exhaustive de très jolies marques éthiques :

Les meilleurs pistes pour trouver vos vêtements éthiques

Et si tu as envie de dénicher toi-même d’autres marques, voici une liste d’annuaires, d’influenceurs et de sites qui vont te permettre de tomber sur des pépites !

La mode éthique est désormais loin de se limiter aux basics

L’avantage de passer à la mode éthique est qu’on peut faire ses choix en conscience et se construire un vestiaire à son image, loin des tendances qui changent tous les quinze jours !

Se construire un vestiaire qui nous ressemble

On mixe des jolis basics durables de marques éthiques avec des pièces originales chinées dans des friperies, liées à notre personnalité ! C’est comme ça qu’on se construit une garde-robe qui reflète vraiment qui nous sommes, sans subir les diktats de la fast fashion.

En développement personnel, on parle du syndrome de l’objet brillant. En cherchant constamment la nouveauté, on se disperse et on s’éloigne de ce qui est vraiment important et essentiel. On finit donc par ne jamais exprimer réellement qui on est.

syndrome de l'objet brillant

Les étapes pour trouver son style mode éthique

Alors si toi aussi tu as envie de créer une garde-robe qui te ressemble, je vais te décrire les 4 étapes faciles pour un dressing plus éthique !

      • Étape 1 : Fait le tri dans ta garde-robe, à la manière de la méthode Marie Kondo. Essaye chacun de tes vêtements et demande-toi s’il t’apporte de la joie.
      • Étape 2 : Inspire-toi pour savoir quel est le réel style qui te plaît et ne pas céder à la prochaine tendance que tu oublieras deux semaines plus tard. Pour cela tu peux aller sur Pinterest et suivre des influenceurs et influenceuses éthiques.
      • Étape 3 : Achète-toi des basics de marques éthiques que tu vas garder longtemps.
      • Étape 4 : Déniche quelque pièces originales mais qui correspondent vraiment à ta personnalité, que tu pourras facilement mixer avec tes basics.

La mode éthique est au final bien plus accessible que ce que l’on croit.

Si tu veux créer ta marque de mode éthique, tu as toi aussi ta place, car le marché est en plein essor et plait à de plus en plus de monde. On en parle ensemble ? Contacte-moi 👇.

Les posts qui pourrait aussi vous intéresser

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.