Quelle est la différence entre une styliste et une modéliste ?

Sep 11, 2022 | Non classé

Un client potentiel me demande un rendez-vous pour établir un devis. On commence à discuter de son projet et de fil en aiguille je comprends qu’il n’a pas besoin d’une styliste comme moi, mais bien d’une modéliste. 😬

C’est une erreur classique de confondre le métier de styliste et de modéliste, et ce pour plusieurs raisons que nous allons découvrir ensemble dans cet article. 😉

Styliste et modéliste, des métiers bien différents

Qu’est-ce qu’une styliste ?

Commençons par parler de mon métier : le stylisme. 👗

Mon métier de styliste éthique consiste à m’occuper de toute la partie créative d’une collection de mode. Pour cela, j’ai plusieurs tâches à effectuer comme par exemple :

  • Faire une veille de la concurrence et des tendances du moment pour m’inspirer. Pour cela je peux me rendre sur les salons textiles, dans les boutiques, sur internet ou encore suivre les cahiers des boîtes de tendance. J’ai aussi souvent un carnet avec moi, dans lequel je dessine toutes les idées qui me viennent régulièrement.
  • Trouver constamment de nouvelles idées de vêtements tout en veillant à respecter l’ADN de la marque pour laquelle je travaille. Et ça, clairement, c’est quelque chose qui demande beaucoup de créativité. Les marques ont souvent des produits iconiques, qu’il faut savoir renouveler tout en gardant l’âme du produit.
  • Définir l’univers de la collection à travers un moodboard, des couleurs et des matières. La créativité réside ainsi dans le fait de trouver le juste équilibre dans la collection entre le côté commercial et le côté plus tendance pour donner envie. En effet, contrairement à ce qu’on croit, souvent ce n’est pas les produits les plus marqués en terme de style qui se vendent, mais au contraire les produits qu’on appelle coeur de cible qui sont un peu classiques. La styliste doit penser cet équilibre qui est clés dans une marque.
  • Proposer des solutions techniques et créatives quand le prototype ne correspond pas à ce qu’on avait pensé lors de l’essayage. Il arrive très souvent qu’on trouve l’idée bonne sur le dessin, mais que la mise en pratique en volume ne suive pas.
Styliste louise Caissard

Ici vous pouvez me voir en train de faire le moodboard du sweat pour la marque Blaune.

En somme, mon métier se déroule suivant 4 grandes phases. D’abord m’inspirer via les tendances et mes envies personnelles et créatives du moment. Ensuite imaginer l’univers de la collection à travers la planche d’ambiance qui regroupe des images, des couleurs, des formes et des matières. Troisièmement dessiner et penser les modèles à travers le plan de collection et les fiches techniques. Puis pour terminer, faire les essayages pour mettre au point le prototype.

Les stylistes ont souvent une spécialité comme la mode enfant, la lingerie, le sport, ou encore la mode éthique comme moi.

On voit donc bien ici, que la styliste ne s’occupe pas de la partie technique du produit, elle ne fait pas les patrons et les prototypes. Donc à la question, “Est ce que c’est toi qui a cousu ta robe” quand j’annonce que je suis styliste pour la première fois, je répond “Et bas non je l’ai achetée comme tout le monde 😅”.

Bien sûr, lors de mes études j’ai appris à coudre pour me rendre compte de comment était conçu un vêtement et ce qu’il était possible de faire. Mais je n’ai pas le niveau nécessaire pour créer un patron industriel qui demande bien d’autres compétences.

Mais alors si c’est pas toi qui fait le patron du vêtement, c’est qui qui le fait ? Et bien c’est le travail de la modéliste, mon petit 😉.

Qu’est-ce qu’une modéliste ?

En effet, tout le travail de la modéliste consiste en la partie technique de la conception d’un vêtement. La modéliste a pour mission de concrétiser l’idée de la styliste en 3D, elle passe du dessin à plat à un vêtement en volume.

patron modéliste

Pour cela elle va constituer un dossier complet qu’on appelle le technical pack (ou dossier technique en français). On y trouve différents éléments comme les sections, les étapes de montage, parfois un tableau de mesure, le schéma d’utilisation du tissu, et surtout un patron.

Les modélistes “à l’ancienne” font leurs patrons à la main sur un papier carton, c’est une technique qui marche bien mais qui a néanmoins ses limites. La plupart des modélistes font maintenant leurs patrons sur des logiciels comme Lectra qui leur permet de gagner énormément de temps dans leur travail en facilitant les modifications, les prises de mesure et autres calculs mathématiques. Lectra a même développé un système qui permet de voir à l’avance son vêtement en volume sur un mannequin. On peut donc corriger des choses avant de faire le premier essayage.

La styliste et la modéliste sont donc un vrai duo, l’une imagine créativement le modèle, tandis que l’autre concrétise le projet. La modéliste a d’ailleurs une petite partie créative car elle doit interpréter la proposition de la styliste et parfois lui proposer de nouvelles solutions techniques si son dessin n’est pas réalisable.

La modéliste peut être à son compte en indépendante ou intégrée dans un bureau d’étude du fabricant, c’est à vous de réfléchir à ce que vous voulez. Tout comme la styliste, elle peut se spécialiser dans un domaine.

Une fois que la styliste et la modéliste sont passées par là, on est prêt à lancer une collection me direz vous. Et bien non ! Il manque un dernier intervenant à prendre à compte : le graphiste textile.

Et on oublierait pas le graphiste textile ?

La styliste s’occupe de la partie créative côté forme et finitions, mais si on veut y mettre un motif ? C’est là que le graphiste entre en compte, en s’occupant de la partie visuelle et en imaginant notamment des motifs.

Un motif textile est une animation graphique (texte ou dessin) qu’on vient imprimer ou broder sur un tissu, soit avec un emplacement précis (= motif placé), soit de manière répétée sur le support textile complet (= motif all-over au raccord).

Pour cela le graphiste passe par plusieurs étapes :

  • Il commence tout comme la styliste par s’inspirer et croquer de premières idées.
  • Ensuite, tout comme la styliste, il va proposer un moodboard d’ambiance avec une gamme couleur.
  • Puis, il retranscrit les différents éléments du motif à la main ou informatiquement. Il peut aussi faire quelques mises en situation, en projetant le motif sur le vêtement final soit à l’aide d’un montage photo (= c’est ce qu’on appelle un mock-up), soit à l’aide d’une silhouette.
  • Et pour terminer, il fait la fiche visuelle, c’est une sorte de carte d’identité qui va permettre au fournisseur d’imprimer le motif, dans la bonne taille, avec les bonnes couleurs et la bonne technique. S’il est au raccord (= qui se répète), c’est le moment de passer sur Photoshop ou Illustrator.

Et voilà le travail, une jolie collection de motifs à fleur que j’ai réalisée. 👇

motif fleur fannées

Des métiers pas si segmentés

Et oui tu as totalement raison, je suis à la fois styliste et graphiste textile. Et je ne suis pas la seule à avoir ce genre de profil hybride. Il arrive souvent par exemple que des stylistes freelances soit aussi modéliste.

Il est donc hyper important de bien questionner ton freelance pour connaître son champ de compétences, et jusqu’où il est capable de t’aider.

Dans les grosses entreprises, il arrive même que les modélistes soient séparées en deux types : d’un côté une modéliste qui fait des tableaux de mesure au siège de l’entreprise et de l’autre, une modéliste qui fait des patronages dans l’usine pour baisser les coûts. C’est parfois aussi la styliste qui fait les tableaux de mesure.

Encore une fois il n’y pas de règle précise, chaque entreprise va créer son organisation. Même s’ il existe de grandes catégories métiers, on ne peut pas mettre chaque personne dans une case précise. Tu comprends mieux maintenant pourquoi les gens sont perdus ? 🤪

Donc si tu as envie de travailler avec moi, sache que je fais la partie stylisme et la partie graphisme, avec une spécialisation pour les créateurs de marque de mode éthique. En effet, j’ai à cœur de t’accompagner pour décrypter le monde très secret de la mode et réussir à t’aider à créer une marque qui te ressemble vraiment ! 😍

A quel moment contacter une styliste ou une modéliste pour ma marque ?

Quand contacter une styliste

La styliste est la personne que tu dois contacter très tôt puisqu’elle est au début du processus créatif. Donc dès que tu as une première idée des produits que tu veux et de ta cible, il est temps de contacter ta styliste. Si tu veux que ton logo soit présent sur ton produit, il peut être intéressant d’avoir déjà ton identité graphique.

Comme je te le disais, certaines stylistes comme moi, sont spécialisées dans les créations de marque. Donc en plus d’imaginer une collection, je t’aide à définir ton univers de marque. L’univers de marque ou plateforme de marque va regrouper tous les éléments essentiels qui vont permettre à ta marque de se distinguer comme ta mission d’entreprise, tes valeurs, ton pourquoi, ta cible, ton vestiaire, ton identité et ton offre produit.

Penser ta plateforme de marque est un passage obligé pour créer ta marque. Une styliste ne crée pas dans le vide. Elle a besoin d’un cadre pour proposer un vêtement qui correspondra à la fois au client et à l’univers de la marque.

Si ces notions te paraissent encore floues, je suis en plein test d’une formation qui peut t’aider à définir ta plateforme de marque. Elle est donc à tout petit prix, le temps que je finisse la version final.

    Formation Modulab créer sa marque de mode

    Quand contacter une modéliste

    Autant la styliste peut être contactée quasiment dès le début, autant il faut certains éléments clés pour pouvoir contacter la modéliste.

    La modéliste a besoin de travailler avec la fiche technique de la styliste pour pouvoir imaginer le produit souhaité. Un dessin griffonné sur un papier ne suffira pas pour qu’elle puisse bien travailler. La styliste dans sa fiche technique lui donne plein d’indications de volumes et de finitions qu’elle doit avoir en main pour réaliser son travail.

    Il arrive aussi que, si la modéliste fait partie d’un bureau d’étude, on te demande un tableau de mesure fait par la styliste ou par toi-même. Le tableau de mesure consiste juste à donner les mesures du vêtement à plat. Si c’est toi qui le réalise, tu peux partir d’un vêtement que tu aimes bien et ajuster tes mesures en fonction.

    Grâce à la styliste et la modéliste, tu vas pouvoir créer la collection de tes rêves !

    Néanmoins, tu vas peut-être avoir besoin d’autres experts pour t’aider dans cette belle aventure, c’est ce que nous allons voir dans cette dernière partie.

    Quels autres experts peuvent m’aider à lancer ma marque de mode ?

    Les métiers liés aux produits

    La chef de produit

    Un des autres métiers dont tu peux avoir besoin, c’est la chef de produit. Elle est chargée de définir l’offre commerciale (type de produit, quantité, prix, matière…) et d’étudier la concurrence et les retours clients. Elle gère aussi les réassorts, si elle voit qu’un produit se vend bien, c’est elle qui définit la nouvelle quantité à produire. En somme, son rôle est de définir une offre cohérente, adaptée au marché et au client pour répondre à l’objectif de chiffre d’affaires de l’entreprise.

    Lors de la création de ta marque, ce sera ton rôle ! Prends le temps de bien étudier ta cible et de faire une étude marché, pour être sûr de créer un produit qui va se vendre.

    Pour cela tu peux aussi faire de la co-création. Un exemple avec mon client Bomolet, nous avons demandé à leur communauté de voter pour les prochains coloris de notre tee-shirt l’Endurant. Plus tu questionnes ta clientèle et plus tu as de chance de tomber juste.

    Tee-shirt Bomolet

    Le développeur produit

    Le deuxième métier clé à connaître est le développeur produit (j’ai déjà aussi entendu le “gestionnaire produit” dans certaines entreprises). Il s’occupe de suivre le développement du produit, c’est-à-dire de contacter les différents intervenants pour suivre la conception du prototype, puis pour s’assurer d’avoir un produit conforme en production.

    Il peut aussi passer les commandes de tissu et de fournitures, et transmettre les commentaires de la styliste et de la modéliste suite aux essayages.

    Cette partie est assez dure quand on se lance, car il faut chercher ses premiers fournisseurs sans venir du milieu. Il peut donc être intéressant de te faire accompagner si tu te sens un peu submergé par la tâche.

    Mais si tu veux le faire toi-même, je peux te donner un conseil : visite les salons textiles comme première vision avec le dessin de ta styliste à la main !

    Discussion chef de produit

    L’acheteur

    Un autre métier est celui de l’acheteur, son rôle est de trouver les nouveaux fournisseurs (c’est ce qu’on apelle le sourcing) et négocier les prix avec les fabricants. Il passe ensuite les commandes de tissus, fournitures et autres.

    Comme tu peux le constater ce métier se rapproche beaucoup de celui de développeur produit, voire même de la chef de produit. Tout comme pour les métiers précédents, les frontières sont floues et plusieurs métiers peuvent se mélanger. Dans la création de ton entreprise, tu vas devoir apprendre à jongler avec toutes ces casquettes.

    La production

    La partie production regroupe une armée de métiers à elle toute seule comme le contrôleur qualité, la couturière spécialisée dans chaque étape, les mécaniciens, le chef d’atelier, la coupe, les ingénieurs textiles…

    Pour choisir ton atelier de confection, encore une fois il est important que tu aies bien ton produit en tête, et que tu arrives avec tous les éléments qu’ils vont te demander (comme la fiche technique de la styliste et le patron de la modéliste).

    La vente et la distribution

    Fabriquer un vêtement, c’est bien, le vendre c’est mieux ! 😜  Dans cette catégorie on retrouve donc tous les métiers liés à la communication, au marketing et à la vente.

    Un des métiers que tu peux par exemple retrouver dans cette catégorie, c’est le merchandiser qui imagine comment le produit va être vendu en magasin, son packaging, sa présentation.

    Tu n’as pas besoin de passer par un merchandiser pour une première collection, néanmoins ne néglige pas toute la mise en scène autour de ton produit. Si tu fais un popup store par exemple, il faut rendre ton point de vente attrayant et qu’il transpire tes valeurs !

    La vente et la distribution sont des éléments clés dans la création de ta marque de mode.

    N’oublie donc jamais de penser au parcours de vente de ton client : Comment va-t-il découvrir ta marque ? Comment va-t-il acheter ta marque ? Autant de questions à se poser pour ne pas se retrouver avec zéro vente le jour du lancement !

     

    Grâce à cet article, les métiers du textile n’ont plus de secret pour toi ! Tu vas pouvoir frimer et dire à tout le monde la différence entre styliste et modéliste. 😎

    Et si tu penses que tu as besoin d’une styliste pour te lancer, c’est par ici.👇

    Les posts qui pourrait aussi vous intéresser

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *